Poissons tropicaux : que se passe-t-il dans la nature?

La plupart des poissons et des invertébrés sont des animaux poïkilothermes et ectothermes, ce qui signifie que leur environnement dicte leur température corporelle interne. De façon plus générale, ce sont des animaux à sang-froid. Étant donné les changements stables mais lents des climats tropicaux, la vie aquatique indigène requiert une température constante. De plus, tout changement doit être graduel et fait par petits incréments.

La saison des pluies tropicales est un très bon exemple de ce type de changements graduels. En effet, les averses quotidiennes, qui se produisent dans l’espace de plusieurs mois, entraînent des chutes minimes de la température de l’eau. Cet évènement incite ensuite certaines espèces à se reproduire, comme le poisson-chat Corydoras. Ces pluies changent aussi les habitats aquatiques. Par exemple, au sein du bassin amazonien, la rivière s’étend jusque dans la forêt tropicale. Les poissons, tels que les discus, en profitent pour se reproduire puisque la végétation dense qui devient submergée fournit un abri sûr et des sources de nourriture plus abondantes pour les alevins. Reproduire ces évènements naturels et les conditions de l’eau qui en résultent sont des stratégies importantes quand on désire élever des espèces qui représentent un défi. Le maintien d’une température constante selon l’aire de répartition naturelle des poissons tropicaux est important pour leur santé et leur bien-être.

Mieux vaut prévenir que guérir

Les maladies qui se manifestent chez les poissons stressés par les changements soudains de températures ne sont généralement pas difficiles à guérir. En effet, plusieurs espèces de poissons tropicaux peuvent les supporter à titre exceptionnel, mais les changements répétitifs de température peuvent avoir des conséquences négatives sur les poissons.

L’une des mesures préventives les plus efficaces est de simplement vérifier un thermomètre quotidiennement. En effet, ne sous-estimez l’importance de ce geste. Peu importe la fiabilité du chauffe-eau, vérifiez toujours la température de l’eau à l’aide d’un thermomètre. Il ne faut pas se fier à la température affichée sur le bouton de réglage du chauffe-eau. Les chauffe-eau Fluval de série E sont dans une classe à part puisque leur affichage numérique comprend des capteurs très réactifs, mais il est également mieux de vérifier la température de l’eau avec un thermomètre.

Une autre mesure préventive recommandée est de garder un chauffe-eau de rechange au cas où l’appareil en fonction ferait défaut. De cette façon, peu importe les circonstances, vous pourrez rapidement brancher le chauffe-eau de rechange et minimiser les interruptions de contrôle de la température.

De plus, il faut nettoyer périodiquement le tube du chauffe-eau pour s’assurer qu’il n’y ait ni algues ni dépôts de minéraux accumulés. La croissance d’algues coralliennes dans les aquariums d’eau salée peut être très rapide, et il peut être difficile de remarquer son début de prolification sur le tube en verre d’un chauffe-eau. Pour faciliter le retrait d’algues, attendez 10 à 15 minutes après avoir débranché le chauffe-eau avant de le retirer de l’eau. Puis, trempez-le dans une solution moitié eau tiède et moitié vinaigre.

Emplacement du chauffe-eau

Pour s’assurer d’une température constante de l’eau dans tout l’aquarium, placez toujours le chauffe-eau dans la trajectoire du débit sortant d’eau de votre système de filtration. Évitez de placer l’appareil dans un endroit où il y a peu ou pas de mouvements de l’eau. Lors de l’installation d’un chauffe-eau, il faut faire attention de ne pas pousser l’embout du tube dans le substrat puisque cela réduirait l’efficacité et augmenterait les risques de bris.

Au moment de choisir un chauffe-eau submersible ou clipable, il faut savoir que les appareils submersibles offrent une grande flexibilité et sont presque toujours le meilleur choix. Puisqu’ils sont submersibles, ces chauffe-eau comprennent une ligne qui indique le niveau d’eau minimum requis dans l’aquarium, en plus de fournir une protection supérieure contre l’infiltration de l’eau. Ces chauffe-eau offrent donc une performance accrue et fiable.

De quelle puissance calorifique ai-je besoin?

Plusieurs facteurs influencent la puissance calorifique requise. Un aquarium dont l’agitation de l’eau à la surface est forte ainsi que les aquariums sans couvercle ni dessus en verre laisseront échapper plus de chaleur. De 3 à 5 watts de puissance calorifique par 3,8 L d’eau sont généralement recommandés si la température de l’eau diffère de la température ambiante de la pièce d’environ 12 °C. Les petits aquariums perdent plus rapidement la chaleur que les grands aquariums; un minimum de 5 watts de puissance calorifique par 3,8 L d’eau est donc recommandé. Les grands aquariums (189 L et plus) nécessitent généralement entre 3 à 5 watts de puissance calorifique par 3,8 L d’eau. Toutefois, selon l’emplacement ou l’aménagement de l’aquarium, ce dernier pourrait nécessiter plus de puissance calorifique.

Même si un chauffe-eau pour aquariums ne peut pas diminuer la température, il existe des façons de le faire. Comme mentionné précédemment, l’agitation à la surface de l’eau de votre aquarium ainsi que l’ouverture et la fermeture du couvercle laissent s’échapper la chaleur de l’eau. Dans ces cas, il n’est pas recommandé de débrancher le chauffe-eau, puisque l’appareil restera fermé jusqu’à ce que la température désirée de l’eau soit atteinte. Lorsque la température désirée est atteinte, le chauffe-eau recommencera à chauffer et à réguler l’eau. L’installation d’un refroidisseur d’eau dans les grands aquariums est aussi possible lorsque des températures plus froides de l’eau sont requises.

En quoi consiste un chauffe-eau de qualité?

D’abord, un chauffe-eau de qualité comprend un tube en verre qui est fait d’un matériau plus durable que du simple verre. Le silicate de bore, par exemple, est un matériau qui possède un faible coefficient de dilatation thermique, ce qui signifie qu’il ne craquera pas lorsqu’exposé à des changements extrêmes de température. Cette caractéristique est très souhaitable puisque le rouleau qui permet de générer de la chaleur devient très chaud dans un chauffe-eau pour aquarium, et la seule chose qui le sépare de l’eau plus froide de l’aquarium est le tube en verre. La différence de température est extrême; le matériau doit donc pouvoir résister à ces conditions.

Le tube en verre d’un chauffe-eau doit idéalement se fondre dans l’environnement. En effet, les gros tubes noirs sont dérangeants. Toutefois, les tubes en verre réfléchissant, comme ceux des chauffe-eau Fluval de série M, sont une excellente façon de permettre à l’appareil de se fondre harmonieusement dans l’environnement aquatique. Les boutons et les leviers de réglage devraient être accessibles, faciles à utiliser et réactifs.

Un chauffe-eau de qualité doit communiquer rapidement et clairement les informations importantes à l’usager. Les chauffe-eau Fluval de série E font partie des meilleurs appareils de l’industrie pour cette raison; la température de l’eau est clairement indiquée grâce à un grand affichage numérique. De plus, il est indiqué si la température de l’eau est au-dessus ou sous la température réglée. Les chauffe-eau indiquent aussi d’autres paramètres clés : si la température de l’eau est anormalement déréglée ou si le chauffe-eau ne reçoit pas assez de débit d’eau, par exemple.

L’importance d’un chauffe-eau et d’un thermomètre de qualité ne doit pas être sous-estimée quand il est question d’un aquarium tropical. Pour ce qui est du maintien de la température de l’eau pour les poissons tropicaux, ne lésinez pas; investissez dans leur protection, car cela pourrait être la différence entre la vie et la mort.